INTERVIEW ANDRE CEPEDA
21-26.10.2013

L'univers des images accompagnant le travail du photographe portugais André Cepeda est très particulier: des structures, des corps, des intérieurs. Après avoir connu André de plus près j'ai pu m'approcher de cet univers qui est éblouissant et
en même temps humide.

I
André, cette été tu as publié un nouveau livre, une collaboration avec
Miguel Von Hafe Perez: Luz Sussurada (Whispering light). Un mélange de tes images et textes de Miguel. On est plongé dans un bain noir.
Le long des pages et de la série on se retrouve dans un univers intime, sombre, sale et questionné. En feuilletant les pages on laisse forcement des traces, à cause de l'impression en riso d'une seule couleur: le noir.
Ce cas extrême, je le retrouve aussi dans ton engagement du quotidien.
Ce que je retiens de nos rencontres est surement ta curiosité, ton envie de partage.

 


Je n'ai pas une explication pour cela. Je pense que ça a à voir avec l'attitude que tu as pour la vie et les choses avec lesquelles tu veux te relier. J'ai grandi dans le milieu de l'art et le respect et l'humilité dont tu parles j'ai appris tout cela à travers les plus âgés de mon entourage.
Une de ces personnes qui m'a beaucoup influencé est Jean Louis Godefroid, Une de ces personnes qui m’a beaucoup influencé est Jean Louis Godefroid, qui a crie et dirige l'espace photographique contretype a bruxelles pendent plus de 25 ans, avec qui j’ai fait mes premières projets. je l'est connu a Coimbra avec 13 ans, j'ai été sont modèle pour un stage de photographie de nu.avec qui j'ai fait mes premières projets. Je suis un autodidacte dans ma formations, j'ai suivis quelques workshops et petits stages, et j'ai travaille depuis très petit dans la photo. Mais avec qui j'ai vraiment appris c'était avec les artistes, avec tous les artistes qui j'ai connu, à travers les livres, les expo, etc... il y a certaines artistes qui ont marqués vraiment la perception que j'ai aujourd'hui de la vie. Je travaille tout les jours, si je ne photographie pas, je suis en train de réfléchir que ce que je vais photographier ou quelle et l'encadrement que je vais faire de ce que je suis en train de regarder. le important c'est que Je sens qu'il y a encore des choses que je veux exprimer.

Le livre Whispering Light a été crée avec un autre grand ami Miguel von Hafe Pérez, avec qui je travaille depuis très long temps et qui est le directeur du CGAC - Centro Galego de Arte Contemporânea de Santiago de Compustela en Espagne, et ma femme Sara, avec qui je construit tout mes projet. Ça fait aussi longtemps qu'on travaille  les 3 ensemble et il y a quelque chose de magique dans ce processus. Le plaisir de partager et tellement grand. C'est un acte d'amour. On travaille pendant beaucoup de temps, on regard tout les détails, on vie vraiment le projet même quand je suis encore en train de photographier. On discute et on trace le chemin qu'on veut faire et on pense après sur quel genre de livre on veut construire. J'ai photographié, Miguel a écrit, et Sara a crée la mise en page. Les images sont faites ici à Porto dans une période très importante de notre histoire, le début de la crise qu'on est en train de vivre maintenant.

 

 


II
AM - Pour ce qui concerne cette nécessité de partage que je lis dans ta réponse, on s’est retrouvé à parler du travail de Jeff Wall, de son exposition et publication “The Crooked Path” à Vevey le septembre dernier. Le livre commence avec une citation de René Descartes, de Discours de la méthode: "En même façon que les grands chemins, qui tournoient entre des montagnes, deviennent peu à peu si unis et si commodes, à force d’être fréquentés, qu’il est beaucoup meilleur de les suivre que d’entreprendre d’aller plus droit, en grimpant au-dessus des rochers, et descendant jusques au bas des précipices." C’est un chemin, un processus, à la fois dur mais doux. Le fait que tu sois amené à travailler sur et à propos de ta terre, le lieu où tu vis, où tu as grandi, est celle ci une façon de t’unir à ta propre “montagne”?

 

Ce que je trouve incroyable dans ce livre, qui a été le résultat d'une exposition qu'il a fait l'année passée, c'est qu'il montre d'où il vient! Qui ont été ses influences qui l'ont marqué et il partage ça avec nous. C'était une expo vraiment incroyable, ou il mélange ces photos avec tout ces artistes comme Carl André, Diane Arbus, Frank, Roy Arden, Bustamante, Claerbout, Duschamp, Fassbinder, Feldman, Dan Graham, Winogrand, Nauman,...
Je ne construit pas les images comme lui mais d'une certaine façon la raison pour la quelle je travaille avec ce que est en face de moi c'est parce que cette ville m'inspire et cette réalité me fascine et intéresse. C'est une réalité que je connais et en marchant tous les jours dans ces rues, je peux mieux choisir et construire mes photographies. Je pense que c'est plus difficile. J'aime l'idée de pas avoir la nécessité de voyage ou de me déplacer pour construire mes projet. Réduire les chose a l'essentielle, synthétiser les choses que je sens avec ce que je vois tous les jours. Il y a une fascination de vouloir comprendre ce qui ce passe, avec les gens que je croise dans la rue, de rentrer dans ces maisons. Je veux travailler avec très peu. Encore aujourd'hui je marchais dans la rue et j'ai senti une nécessite incroyable de photographier ce que je voie. Les choses sont là, on doit savoir les regarder, interpréter. Avoir du temps pour sentir, ce que Jeff Wall m'enseigne c'est qu'on doit être intelligent et vrai avec ce qu'on fait.


III
Tes travaux ont toujours la nécessité d'exister sous forme de livre, tu es très lié à ce support. Comment envisages tu la mise en espace de tes images, tu y travailles déjà dès que les images existent (ou peut-être même avant) ou seulement dès que l'opportunité d'exposer le travail se concrétise?

 


Aujourd'hui pour moi Ce sont des choses très différentes. Une chose c'est construire le projet et quand je commence a photographier je n'ai aucune idée de format et choses spécifiques, mais il y a normalement après quelque temps de travaille et ça dépend des projet ou je commence a réfléchir ce que je veux faire avec tout ce que je suis en train de faire, Il y a des projet que marche mieux en expo et d'outre en livre. pas tout ce que je fait je publie. J'ai des projet seulement publie que j'ai jamais expose et le contraire aussi, j'ai des dique vieil, avec projet sonore, des films 16mm et super8, etc...

Par rapport aux tirages, je ne pense au format, au papier, au contre collage, au cadre dès que j'ai un objectif, quand je connais l'espace ou je vais montrer le travail et j'adapte les choses en consequence.
Mais c'est vrai que je prefere  montrer mon travail sous forme de livre . ça me intéresse plus aujourd'hui. tout le processus de photographier, de editing, de travailler avec un graphiste de choisir le papier, le format, le verni, aller dans l'imprimerie, … et la vie d'un livre et très intéressant et on partage plus, et on ne sait jamais qui a ton livre. c'est un objet que on peux voire plusieurs fois, tout notre vie, le fois que on veux. c'est un rapport plus intime que l'expo et ça m'intéresse beaucoup.

 

 

 

IV
Non seulement tu crées tes projets sous forme de livre et d’accrochage, ils existent aussi sous autres formes. Casal, est le titre de ton film 16mm tourné à Porto en 2009. L’intensité qui est contenue dans ce film on la retrouve dans les images de ton projet Rien. Une quête du corps et des structures, la lumière violente mais douce qui dévoilent plein de détails. Qu’est-ce que tu trouves dans le 16mm que tu n’as pas dans la photographie?

 

Je pense que parfois ce différent médium m'aide a réfléchir sur mes images et m'aide dans mon processus de travail et recherche, et c'est aussi le cas de ce film que j'ai tourné sans aucune intention de le montrer. L'histoire de ce couple et tellement fort que j'ai eu le besoin de le filmer, après l'avoir photographié pour mon livre ONTEM. L'histoire c'est comme ça: à un certain moment, j’ai mis une annonce dans le Journal « O primeiro de Janeiro » ou je disais que je voulais rencontrer des gens ou couple pour faire des portrait. Il y a eu beaucoup de gens qui ont téléphoné. Mais il y a eu un couple qui m’a vraiment touché. Ils vivent dans un petit appartement, très petit, avec leur enfant, et il m’ont racontés leur vie. Ils avaient un restaurant, une maison, une voiture, tout… et un jour ils ont tout perdu, et se sont retrouvés dans la rue. Il ont du recommencer tout à nouveau. Il m'a dit une chose que je n’oublie jamais, que c’est – Ils disaient que s’il n’y avait pas l’amour qu’ils ressentaient l’un pour l’autre, ils seraient déjà fous, séparés, morts. Et ils été dans une situation très tragique. Je voulais filmer ce qu’ils ressentaient l’un pour l’autre, ce sentiment d’amour tragique, d’amour dernier, car ce couple a tout perdu, ils vivent sans rien.
Quelles sont les choses importantes; qu’est ce qui te fais te réveiller le matin? Qu’est ce qui m’attache ici? Qu’est-ce qui fait que l’homme veut continuer à évoluer? Que ce que c’est vraiment essentiel? Je pense que c’est l’amour, ce que on sent, ce que nous touche vraiment, les sentiments qu’on sent pour les autres, ou pour quelque chose qu'on veut faire ou y croire.


V
Tu dirais donc que ta vie est complètement en lien avec ton travail, ou ta vie est ton travail? Ou existe-t-il une fine limite entre les deux?
{Je dirai que ce que je photographie n'est pas ma vie, mais je vie intessement les choses que je photographie et il devient partie de ma vie.
. Ce sont des expériences très marquantes et importantes pour moi. et ça doit être comme ça, si non ça ne m'intéresse pas


VI
Si tu devais choisir une image que tu as déjà fait qui représente le plus tes désirs actuels par rapport à la création contemporaine, laquelle choisirais-tu? Comme un souhait mais visuel.

Je choisis cette image qui représente un moment très spécial dans ma carrière, parce que c'était une des premières images que j'ai fait au grand format. C'est à la fois une image qui a une sensation de mise en scène avec cette perfection de lumière, de gestes et grandeur ou tout est parfait, mais c'est un moment unique que ne se répète pas, ou tu le fais ou tu le regards, est comme on dit, que les plus belles images sont celles que tu ne photographies pas, cette image c'est une des rare cas ou j'ai photographié, et je n'ai plus jamais fait une autre image comme ça. C'est vraiment un cas isolé mais au même temps heureux qui m'a fait commencer a réfléchir sur le projet qui a abouti au livre Ontem. C'était le début d'un grand voyage.

 

 

interview with Anna Meschiari (in French)

Website

Since 2005, I have been working on several projects in which the working space is the Portuguese contemporary landscape, particularly the city of Porto. I work with what I find on the streets, with the people I come across. It is a daily and ongoing process that is often related to our own evolution and the way we experience places. I have chosen the large format camera 4x5 inch because, apart from the precision and technical accuracy, it requires a slow working process. This method is determinant to a long and attentive observation, which allows me to connect and relate with the object or landscape I wish to photograph.

I am always trying to build new ways of looking at reality and the space that is presented to me. Essentially, I search for spaces and moments that have been forgotten or rejected, where there is a certain suspension. Those things that belong to us, that we are used to look at. My interest lies in the sense that I am obliged to create an image and relate to its space, trying to forget its history and original reception contexts. With my only focus on light, space and time, I feel more freedom to create new contexts for the images, as if this almost sculptural treatment would render a dignity apparently forgotten or neglected. And so, these images become moments that propitiate a wider reflection on the way we build our cultural, social and political identity.

I am especially interested in the present time, the big day-to-day issues, the universal time, the economic crisis, the instability and incertitude, moments that don’t belong to history, that are rejected, some kind of forgotten heroes. I speak about things that are common to all places and are easily found, but difficult to select and interpret. I have been giving special attention to the accuracy of the publication and the importance of an international distributor capable of transmitting the social, historical, political and aesthetic components that my projects hold, and therefore stating my artistic path, so that it is in fact a mark in my career and not merely a passing by experience.

I have been working with photography, exhibiting and publishing. The 16mm and super8 film have always made part of my experiences and are very important to the way I understand the space I define to work with. The field recording, radio and studio recordings, make part of my exhibition projects. 

 

“Obstruct things to the limit,

try to look at emptiness,

the void,

until I find myself in this space”

 

 

 

 

 

mail:

mail@andrecepeda.com

tel:

00351 934271708

Others:

Ate the moment André Cepeda is living in New York as an artist in Residence at the residencyunlimited

My last book published by Pierre Von Kleist Editions, can be ordered here

Depois, a solo exhibition at Chiado, Museu Nacional de Arte Contemporânea, Lisbon, Curated by Sérgio Mah from 6 may until 25 september 2016. www.museuartecontemporanea.pt

 

 

André Cepeda was born in Coimbra, in 1976. He currently lives and works in Porto, Portugal. In 2012 he was artist in residence at the FAAP, São Paulo, as the recipient of a scholarship granted by the Calouste Gulbenkian Foundation. Cepeda was shortlisted for the Paul Huf Award, Foam Fotografiemuseum, Amsterdam (2011); Prémio BESPhoto, Lisbon (2010); and the EDP Foundation New Artists Prize, Lisbon (2007). He has been showing his work regularly, in Portugal and abroad, since 1999. He has since then made multiple artist residencies and received many commissions, among which stand out the 2010 Lisbon Architecture Triennale, EDP Foundation (2014) and the Fundação de Serralves (2014). In 2016 he was artist in residency at the Residency Unlimited, in Brooklyn NY, in the context of the partnership Atelier-Museu Júlio Pomar/ EGEAC and Residency Unlimited, NY.

Among his many solo exhibitions stand out: Depois, MNAC – Museu Nacional de Arte Contemporânea, Lisbon; Rien, Kasseler Fotoforum, Kassel, Germany, and Centro Cultural Vila Flor, Guimarães, Portugal, 2014; Kanal, standard/deluxe, Lausanne, 2014; Explicação da Lâmpada, Galeria Pedro Oliveira, Porto, 2014; Rien, Museu do Neo Realismo, Vila Franca de Xira, 2013; Ontem, Gallery INVALIDEN, Berlin, Germany, 2012; Kanal, with Eduardo Matos, Espace Photographique Contretype, Brussels, 2012, and standard/deluxe, Lausanne, Switzerland, 2011; Ontem, Espace Photographique Contretype, Brussels, Belgium, 2010; BesPhoto 2010, Museu Berardo, CCB, Lisbon, 2010; River, Galeria Pedro Cera, Lisbon, 2009.

André Cepeda has exhibited his work in galleries, museums and art institutions in many different countries: Faulconer Gallery, Grinnell, Iowa, USA; MARCO — Museo de Arte Contemporánea de Vigo, Spain; Haus der Photographie, Hamburg, Germany; Kasseler Fotoforum, Kassel, Germany; Galerie INVALIDEN1, Berlin, Germany; standard/deluxe, Lausanne, Switzerland, The Mews - Projeto Espaço, London, UK; Galleri Image, Aarhus, Denmark; Wohnungsfrage — Haus der Kulturen der Welt, Berlin, Germany; Museu Oscar Niemeyer, a Caixa Cultural, Rio de Janeiro and MASP — Museu de Arte de São Paulo, Brazil; Serralves Contemporary Art Museum, Porto, Portugal; CGAC—Centro Galego de Arte Contemporánea, Santiago de Compostela, Galicia. Spain; Calouste Gulbenkian Foundation, Le Bal, Paris, France.
His work is represented in multiple public and private collections.

 

André Cepeda founded Blues Photography Studio in 2005 in Oporto where he produces work for many photographers, instituitions and gallery’s, printing, scanning and photographing. www.blues.com.pt. And since 2008 he runs Inc. Livros e edições de autor, a bookshop specialized in artist books. www.inc-livros.pt. Since 2013 André Cepeda gives a one week workshop every year at the Photography School CEPV, Vevey, Switzerland.

 

André Cepeda is represented by Cristina Guerra Contemporary Art and Galeria Pedro Oliveira.

 

Grants/Residencies/Commissions:

2016 - ATELIER-MUSEU JÚLIO POMAR/ EGEAC E RESIDENCY UNLIMITED, NY
2014
Serralves Museum of Contemporary Art, Porto: work commissioned for the exhibition The SAAL Process: Architecture and Participation, 1974-1976
European Photo Exhibition Award, EPEA02
Ordem dos Arquitectos, Lisbon
2013
Offline Residence (Xerem Associação Cultural), Lisbon
National Museum of Ancient Art, Lisbon
Artist-in-residence, Fundação EDP – Electricity Museum, Lisbon
2012
Calouste Gulbenkian Foundation, Lisbon
Artist-in-residence, FAAP, Sao Paulo, Brazil
2011
Nominated for the Paul Huf Award, Foam Fotografiemuseum Amsterdam, Holland
Ordem dos Arquitectos, Lisbon
Calouste Gulbenkian Foundation, Lisbon
2010
Lisbon Architecture Triennal, Lisbon
BESPhoto Photography Prize, Lisbon
Champalimaud Foundation, Lisbon
2009
Reitoria da Universidade do Porto, Porto
2007
EDP Prize – New Artists
IEFP, Ministério do trabalho, Testemunhos – Iniciativa Novas Oportunidades
2006
RAR Holding, Porto
2003/2004
Artist-in residence, António Henriques Galeria de Arte Contemporânea, Viseu
2002
Centro Nacional de Cultura, Lisbon
2001
Museu da Imagem, Encontros de Imagem, Braga
2000
Portuguese Center of Photography, Porto
1999/2000
Artist-in-residence, Espace Photographique Contretype, Brussels, Belgium


Solo exhibitions:

 

2017

Rasgo, Cristina Guerra Contemporary Art, Lisbon, 2017

2016

At the eyes ground, Fridman Gallery, New York, 2016
Depois, MNAC – Museu Nacional de Arte Contemporânea, Lisbon 
2015
Untitled, Old School, Lisbon a project by Susana Pomba
Rien, Kasseler Fotoforum, Kassel, Germany
2014
Rien, Centro Cultural Vila Flor, Guimaraes
Kanal, Standard Delux, Lausanne, Switzerland
Rien, Câmara Escura, Torres Vedras
2013
Explicação da Lâmpada, Galeria Pedro Oliveira, Porto
Sob um sol recto, Galeria Pedro Cera, Lisbon
2012
Rien, Galeria Pedro Cera, Lisbon
Rien, Museu do Neo-Realismo, Vila Franca de Xira 
Ontem, Galery INVALIDEN1, Berlin, Germany
Canal, with Eduardo Matos, Espace Photographique Contretype, Brussels, Belgium
2011
CAV-Centro de Artes Visuais, Coimbra
2010
O que o futuro foi, Mostra de Vídeo, Laboratório das Artes, Guimaraes 
Untitled, Galeria Pedro Oliveira, Porto
Ontem, Espace Photographique Contretype, Brussels, Belgium 
BESPhoto Photography Prize, Museum Berardo, CCB, Lisbon
2009
River, Galeria Pedro Cera, Lisbon; Galería AdHoc, Vigo, Spain
Untitled, The Mews – Project Space, London, UK
Project Room, Galeria Reflexus, Porto
2008
Sem título, Mad Woman in the Attic, Porto
Ontem, ZDB Gallery, Lisbon
2006
Stasis, Galeria Pedro Cera, Lisbon
Provas de Trabalho, Projecto Apêndice, Porto
Moving#3, IN.TRANSIT, Edificio Artes em Partes, Porto
Moving#2, Galeria AdHoc, Vigo, Spain
Moving, Cinematic Art Gallery, Vila do Conde
Anacronia, KGaleria, Lisbon
2005
Anacronia, Museu de Imagem, Braga
Anacronia, Espace Photographique Contretype, Brussels, Belgium
Jungle, Espaço Bartolomeu 5, Lisbon
2004
Viseu, António Henriques Galeria de Arte Contemporânea, Viseu
Closer, Galeria +Consigo, Coimbra
2003
Mapa de Intensidades, Oficina, Galeria Fernando Santos, Porto
2002
Anacronia, Gallerie Image, Aarhus, Denmark
Corpo, tempo, desejo e morte, Galeria Massa, Porto e Vulcão dos Capelinhos, Azores
2001
Pontes, lugares e antropologia, Silo-espaço cultural, Portuguese Center of Photography, Porto
2000
Anacronia, Encontros de Fotografia de Coimbra, Coimbra


Group exhibitions:
2015
Edita: secuencia/sentido, CGAC-Centro Galego de Arte Contemporánea, Santiago de Compostela, Galicia
The New Social, European Photo Exhibition Award, House of Photography at Deichtorhallen Hamburg, Germany
The SAAL Process: Architecture and Participation, 1974-1976, CCA – Canadian Centre for Architecture, Montreal, Canada (cur. Delfim Sardo and Susan Cotter)
International Fotobook Festival, Kassel, Germany
Calouste Gulbenkian Foundation, Paris, France (cur. Miguel von Hafe Pérez)

2014
The SAAL Process: Architecture and Participation, 1974-1976, Serralves Museum of Contemporary Art, Porto (cur. Delfim Sardo and Susan Cotter)
The New Social, European Photo Exhibition Award, Calouste Gulbenkian Foundation, Paris, France
Le Bal Books Week-end, Le Bal, Paris, France
The New Social, European Photo Exhibition Award, Fondazione Banca del Monte di Lucca, Lucca, Italy; Calouste Gulbenkian Foundatio 02, Paris, France
Nobel Peace Centre, Radhusplassen, Oslo, Sweden (cur. Sérgio Mah)
SUB 40’, Galeria Municipal Almeida Garrett, Porto
Brussels Unlimited - Collection Contretype, Espace Contretype, Brussels, Belgium
Revisitação, Galeria Pedro Oliveira, Porto
Roubaram a partitura, no vazio seguimos, Jardins Efémeros, Viseu (cur. Miguel von Hafe Pérez)
Lei de Ohm, Museu da Electricidade, Lisbon (cur. Filipa Valladares)
Muralhar: Artistas POrtugueses Contemporâneos, Oi Futuro, Rio de Janeiro, Brazil (cur. Delfim Sardo)
The New Social, European Photo Exhibition Award, The Nobel Peace Center, Oslo
2013
Biennial of Photography MASP/Pirelli, MASP, São Paulo (cur. Ricardo Resende)
Visões do Desterro, Caixa Cultural do Rio de Janeiro, Brazil
A Arca Invisível, National Museum of Ancient Art, Lisbon (cur. Delfim Sardo)
Noise, Pedras & Pêssegos, Porto
2012
Buildings and Remnants, Fábrica ASA, Guimaraes European Capital of Culture, Guimaraes (cur. Inês Moreira and Agneta Szylak)
Materiality, Alternativa 12, Wypsa Institute of Art, Gdansk, Poland (cur. Inês Moreira and Agneta Szylak)
New/Old Life, Galery Blanca Berlin, Madrid, Spain
2011
Wherever I Lay My Camera Down is Home, Photographic Festival in Rome, Rome, Italy (cur. Paul Wombel)
Ontem, Encontros de imagem de Braga
Arte Lusófona Contemporânea, Galeria Marta Traba – Fundação Memorial da América Latina, Sao Paulo, Brazil
Panis et Circensis, Centro de Artes de Sines, Sines (cur. Filipa Valladares)
Da outra margem do Atlântico – videoarte e fotografia portuguesa, Centro de Artes Helio Oiticica, Rio de Janeiro, Brazil (cur. Paulo Reis and David Barro)
Private Lives, Centro Cultural de Cascais, Cascais
Da Cartografia do Poder aos Itinerários do Saber, Museu Nacional-Universidade Federal do Rio de Janeiro, Brazil, and Faculdade de Ciências e Tecnologias da Universidade de Coimbra
2010
Ré-collection, Espace Photographique Contretype, Brussels, Belgium (cur. Jean-Louis Godefroid
Impresiones Y comentários – Fotografia Contemporánea Portuguesa, Fundació Foto Colectania, Barcelona, Spain (cur. João Fernandes)
2009
A iminência da queda, Galeria Diário de Notícias, Lisbon
Rescaldo e Ressonância, Reitoria da Universidade do Porto, Porto (cur. Inês Moreira)
Está a morrer e não quer ver, Espaço Campanhã, Porto (cur. José Maia)
2008
The Core of Industry – European Photography, Reggio Emilia 2008 – Musei Civici di Reggio Emilia, Spazio Gerra, Reggio Emilia, Italy
Testemunhos – Trajectos de Qualificação, Edifício da Alfândega, Porto (cur. Sérgio Mah)
Paraísos Indómitos, Marco Museu de Arte Contemporáneo de Vigo, Spain (cur. Virginia Torrente)
Territoire, 6ª Biennale Internacional de Fotografia de Liége, Liége, Belgium 
Where are you from? Portuguese Contemporary Art, Faulconer Gallery, Grinnell College, Grinnell, Iowa, USA (cur. Lesley Wright)
2007
EDP Prize – New Artists, Central Eléctrica do Freixo, Porto
Antimonumentos, António Henriques Galeria de Arte contemporânea, Viseu (cur. Miguel von Hafe Pérez)
Deslocações: 4 perspectivas contemporâneas portuguesas, Comité Económico e Social Europeu, Brussels, Belgium (cur. Lúcia Marques)
PhotoLondon 2007, Galeria AdHoc, London, UK
Intro, Espace Photographique Contretype, Brussels, Belgium
Bxl, Centre Wallonie-Bruxelles à Paris, Paris, France
2006
Busca-Pólos, Centro Cultural Vila Flor, Guimaraes and Pavilhão de Portugal, Coimbra
Residências I, Museu do Caramulo, Caramulo
Encontro de Arte Jovem, Bienal de Arte, Chaves
CO2, Miedzynarodowe Centrum Kultury, Krakow, Poland
2005
Colecção da Fundação PLMJ, Centro de Artes Visuais, Coimbra (cur. Miguel Amado)
Creators of European Photography, Photo Festival Union, Lodz, Poland
Desenhar Discurso: Digressões sobre uma urbanidade disruptiva, XIII Bienal de Cerveira, Vila Nova de Cerveira (cur. Miguel von Hafe Pérez)
2004
Re-produtores de sentido, Arte Sesc, Rio de Janeiro, Brazil (cur. Miguel von Hafe Pérez)
E no princípio era a viagem, Bienal de Pontevedra, Pontevedra, Spain (cur. Miguel von Hafe Pérez)
2003
Et puis... voilá, António Henriques Galeria de Arte Contemporânea, Viseu
Colecção de Arte Contemporânea da Caixa Geral de Depósitos, Museu Extremeño e Iberoamericano de Arte                      Contemporânea, Badajoz, Spain
Pingyao International Photography Festival, Pingyao, China
Salão Europeu de Jovens Criadores, Montrouge/Sant Cugat/Amarante
2002
Galeria Fernando Pradilla, Madrid
Pontes, lugares e antropologia, Cadeia da Relação, Portuguese Center of Photography, Oporto
2001
Memórias da Cidade, Encontros de Imagem, Braga
2000
Bruxelles Active, C02, Brussels, Belgium (cur. Jean-Louis Godefroid)
Bruxelles a l’infini, Espace Photographique Contretype, Brussels, Belgium (cur. Jean-Louis Goderfroid)
 

Collections:

Fundação de Serralves – Museum of Contemporaray Art, Porto

CGAC – Centro Galego de Arte Contemporânea, Santiago de Compostela, Spain

MNAC – Museu Nacional de Arte Contemporânea, Lisboa

Colecção António Cachola, Elvas

Museu de Arte do rio, Rio de Janeiro, Brasil

Espace Photographique Contretype, Brussels, Belgium

Faulconer Gallery, Grinnell, Iowa, USA

Instituto Camões, Foreign Affairs Ministery, Lisbon

National Photography Collection, Ministery of Culture, Porto

Encontros de Fotografia de Coimbra, Coimbra

Museu da Imagem/Encontros de Imagem, Braga

Culturgest-Caixa Geral de Depósitos, Lisbon

PLMJ Sociedade de Advogados, Lisbon

Museu do Caramulo, Caramulo

Câmara Municipal de Chaves, Chaves

Banco Espírito Santo, Lisbon

Ilídio Pinho Foundation, Oporto

Amorim Turismo, Troia

RAR Holding, Porto

ZdB Collection, Lisbon

Mica, Vigo, Spain

 

Books:

RDHK, self published, NY, 2016

Depois, MNAC/Pierre von Kleist Editions, Lisbon, 2016

Rua Stan Getz, Pierre von Kleist Editions, Lisbon, 2015

Rien – text book, CCVF, Guimarães, 2014

Whispering Light, self published, 2013

Kanal, Edition Contretype, Brussels, 2012

Rien, Pierre von Kleist Editions, Lisbon, 2012

Ontem, Cahier Blue, Brussels, 2010

River, self published, 2009

Anacronia, Edition Contretype, Brussels, 2005

 

Discography:

River, Lp, 50 copies

Kanal, Lp, 25 copies

Electricity, single, 150 copies

 

Filmography:

casal, 16mm, color, 1'25''

bandeiras, 16mm, color, 2’30’’

rien, 16mm, color, 3’15’’